VMware ESXI: un labo multi-serveur à la maison

J’avais dans un article de 2012 expliqué partiellement ma migration VMWARE qui constitue mon nouveau « jouet ».

Je reviens rapidement sur le contexte.

Depuis 2003, j’ai à mon domicile un serveur (oui je suis un fou) qui jusqu’ici était un Windows Server X (2003, 2003R2, 2008, 2008R2, 2012 … bientôt 2012R2. Merci à mon employeur pour les licences de test).

Au fur et à mesure de mes jeux, j’ai ajouté Exchange, Remote Desktop Gateway, Kerio Firewall, etc …

Le serveur monolithique a du bon mais ce n’est pas super pour faire évoluer le système et encore moins pour « jouer » et tester de nouvelles fonctionnalité.
En aout 2012, Microsoft a rendu public la RTM de Windows 2012.
Ni une ni deux, un coup de MSDN et … grande question :
Je change le hardware c’est sur !

Je me prends une belle bête : GIGABYTE – GA-Z77X-UD5H, un core i7 4770 (magnifique aussi), 32 giga de RAM.
Mais je fais quoi sur le soft ? Je refais un Windows « monolithique » dont l’Active Directory (oui il y a un peu tout dedans) vient de mon ancien WS 2008 ?
Je regarde un peu la virtualisation ?

Et je m’achète cette tour pas sexy (mais furieusement bien faite). En même temps, tout est à la cave 😉

WAF PASSED

FRIFDCADEFR4BL.PNG

Évidemment, je me suis orienté vers ESXI 4.x à l’époque
Et là c’est la claque !
Je peux enfin mettre en œuvre chez moi (dans ma batcave) les préceptes que je fais opter aux clients grands comptes : multi-tièrisation à fond.

La multi-tièrisation , ça veut dire quoi ?
Bah un serveur pour chaque fonction.
ESXI est extrêmement puissant, ne consomme pour lui que des ressources infimes.
Il permet donc dans un serveur physique d’héberger ou faire tourner plusieurs serveurs virtuels (dans mon cas 16 serveurs).

 

(A suivre …)